Je n’ai jamais compris le « vent » : Trump fait une tirade bizarre contre les éoliennes

Les remarques absurdes du président sur les « moulins à vent » dans une partie de son discours du week-end interroge.

Trump sait mieux que tout le monde

Il dit en savoir plus sur Isis que ses généraux, et prétend comprendre les politiciens « mieux que quiconque« . Il y a maintenant un autre sujet dans lequel les connaissances expertes de Donald Trump dépassent celles de tout le monde : les éoliennes, bien qu’il les appelle des moulins à vent.

« Je l’ai étudié mieux que tous ceux que je connais« , a affirmé le président dans un segment bizarre d’un discours prononcé le week-end dernier devant de jeunes conservateurs à West Palm Beach (Floride), près de sa retraite d’hiver à Mar-a-Lago où il passe ses vacances.

Trump sur les éoliennes

Trump a déclaré : « Je n’ai jamais compris le vent, vous savez que je connais très bien les moulins à vent. Je l’ai étudié mieux que quiconque. »

« Je n’ai jamais compris le vent. Je connais très bien les moulins à vent. Ils sont bruyants. Ils tuent les oiseaux. Vous voulez voir un cimetière d’oiseaux ? Passez sous un moulin à vent un jour. Tu verras plus d’oiseaux que tu n’en as jamais vu de ta vie. »

Trump s’est attaqué à une série de cibles familières dans un discours de plus d’une heure au sommet d’action étudiante de Turning Point USA, depuis les démocrates et la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, jusqu’à sa récente destitution et aux soi-disant Never Trumpers du parti républicain qui, selon lui, étaient « les êtres humains les plus stupides de la planète« .

Mais ce sont ses propos décousus et souvent absurdes sur les éoliennes, lors d’une diatribe contre le Green New Deal et les ressources énergétiques renouvelables, qui ont fait sourciller.

« Elles sont fabriquées en Chine et en Allemagne principalement« , a dit M. Trump à propos des éoliennes, dont il y en a plus de 57 000 aux États-Unis, selon l’Association américaine de l’énergie éolienne. « Mais elles sont fabriquées de façon extraordinaire si vous êtes dans ce domaine, des fumées extraordinaires. Des gaz sont rejetés dans l’atmosphère. Vous savez que nous avons un monde, n’est-ce pas ? Donc le monde est minuscule comparé à l’univers. Il y a une énorme quantité de fumées et tout. »

Emprunte carbone

« Vous parlez de l’empreinte carbone, des fumées sont émises dans l’air, non ? Qui s’échappent. Que ce soit en Chine, en Allemagne, ça va dans l’air. C’est notre air, leur air, tout, non ? »

On ne sait pas exactement ce que Trump voulait dire, ni comment Trump assimilait les éoliennes à la conversion de l’air pur en énergie pour en faire des fumées toxiques qui encrassent l’atmosphère. Mais il a partagé ses réflexions sur leur apparence.

L’orange, la couleur préférée de Trump

« Vous voyez tous ces [moulins à vent]. Ce sont tous des nuances de couleurs différentes« , a-t-il dit. « Ils sont comme une sorte de blanc, mais un est comme un blanc-orange. C’est ma couleur préférée, l’orange. »

Opposé à l’éolien

La « guerre contre le vent » du président n’est pas nouvelle : au début de cette année, il a été ridiculisé pour ses affirmations selon lesquelles les éoliennes détruisaient la valeur des propriétés et causaient le cancer à cause de leur bruit.

Il est accusé d’avoir commencé ses tirades contre les éoliennes après que des développements de parcs éoliens aient été proposés près du terrain de golf qu’il possède en Écosse.

Il existe des preuves que les éoliennes ont un impact négatif sur la faune : une étude réalisée en 2013 par la Wildlife Society a estimé que les éoliennes causaient de nombreux décès en Californie, notamment près d’un million de chauves-souris et plus d’un demi-million d’oiseaux, dont 83 000 rapaces tels que les aigles à tête blanche et les aigles royaux.

Les derniers mots du président sur le sujet, avant de se saluer lui-même comme un  » écologiste  » présidant un environnement  » en très bonne forme « , ont porté sur l’esthétique à long terme des éoliennes.

« Vous savez ce qu’on ne vous dit pas sur les éoliennes ? Au bout de 10 ans, ils ont l’air d’un enfer. Ils commencent à se fatiguer, à vieillir« , a-t-il dit, déplorant que les propriétaires d’éoliennes vieillissantes ne les remplacent pas sans subventions gouvernementales, ce qui est « une chose vraiment terrible« .