Immobilier faible baisse des prix en 2013

En 2013, les taux d’intérêt historiquement faible ont maintenu le marché de l’immobilier ancien, malgré une deuxième année de baisse des prix.

La tendance pour 2014 n’est toujours pas assez forte pour aider les primo-accédants face à un marché qui reste très élevé. Si on se base sur les chiffres des différents réseaux d’agents immobiliers, on ne peut pas annoncer une franche baisse des prix, du moins pas pour toute la France. Si on se base sur les chiffres de Century 21, les prix dans l’ancien ont diminué de 1,8% l’année précédente, contre 1,6% pour Guy Hoquet et jusqu’à 3% selon Orpi.
En réalité certains types de biens ont connu des baisses bien plus marquées, voire de réelles chutes, comme à Lorient où l’immobilier a perdu 10%. D’après Century 21, les régions où les prix au mètre carré ont diminué le plus franchement sont les Pays-de-Loire avec -7,8%, la Franche-Comté avec -7,7% et la Basse-Normandie avec -6,4%.

Paris

Évidemment, certaines zones comme Paris, l’Ile de France et les grandes métropoles régionales n’ont pas connu ces baisses, ce qui explique une moyenne nationale en très faible baisse.
On se retrouve donc avec une France coupée en deux, l’une où les prix baisses et où l’emploi se fait plus rare et une où la demande reste forte face à un manque croissant de logement.
Il semblerait que la période soit propice à l’achat car les prix de l’immobilier baissent et les taux d’emprunt demeurent bas (entre 3% et 4% sur 20 ans en moyenne selon le courtier Meilleurtaux.com).

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.