Les boissons sucrées sucrées et les boissons gazeuses diététiques sont liées à un risque de décès plus élevé

Une consommation plus élevée de boissons gazeuses sucrées et artificiellement sucrées a été associée à un risque de mortalité plus élevé, selon une étude européenne publiée cette semaine.

La consommation de deux verres (d’environ 250 ml chacun) de boissons gazeuses par jour a été associée à un risque de décès plus élevé dans l’étude de cohorte basée sur la population de 451.743 personnes dans 10 pays européens.

Les auteurs ont constaté qu’une plus grande consommation de boissons gazeuses artificiellement sucrées était positivement associée aux décès dus aux maladies circulatoires, et que les boissons gazeuses sucrées au sucre étaient associées aux décès dus aux maladies digestives.

Les auteurs croient que leur étude est la plus importante à ce jour pour étudier l’association entre la consommation de boissons gazeuses et la mortalité.

Toutefois, ils reconnaissent que la conception observationnelle de l’étude ne permet pas d’établir la causalité.

10 pays étudiés

Publiée dans JAMA Internal Medicine, l’étude couvrait le Danemark, la France, l’Allemagne, la Grèce, l’Italie, les Pays-Bas, la Norvège, l’Espagne, la Suède et le Royaume-Uni. Les chercheurs ont recruté une cohorte de 451 743 participants entre 1992 et 2000 et ont enregistré leur consommation de boissons gazeuses.

Au cours des années suivantes (jusqu’en 2012), 41 693 décès sont survenus dans la cohorte. Une mortalité plus élevée (toutes causes confondues) a été observée chez les personnes qui consommaient deux verres ou plus de boissons gazeuses par jour, comparativement à celles qui buvaient moins d’un verre par mois.
Cela comprenait à la fois les boissons gazeuses sucrées au sucre et les boissons gazeuses artificiellement sucrées.

« Dans cette vaste étude européenne multinationale, un niveau plus élevé de consommation de boissons gazeuses sucrées et artificiellement sucrées était associé à un risque accru de décès, toutes causes confondues« , écrivent les chercheurs de l’étude.

« L’association positive entre la consommation de boissons gazeuses et la mortalité était évidente tant pour les hommes que pour les femmes. Seules les boissons gazeuses artificiellement sucrées et non sucrées étaient associées aux décès dus aux maladies circulatoires, alors que pour les décès dus aux maladies digestives, seules les boissons gazeuses sucrées au sucre étaient associées à un risque plus élevé« .

boissons gazeuses

Des études antérieures ont déjà établi un lien entre les boissons gazeuses sucrées et sucrées artificiellement et un risque accru d’obésité, de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires.

L’étude a également observé qu’une consommation accrue de boissons gazeuses était associée à un risque accru de mortalité due à la maladie de Parkinson. « À notre connaissance, cette étude est la première à établir un lien entre la consommation de boissons gazeuses et la maladie de Parkinson, et des études supplémentaires sont nécessaires pour examiner cette association. »

L’étude a été financée par la Commission européenne et le Centre international de recherche sur le cancer, avec le soutien des sociétés nationales du cancer et des fondations de santé publique.

L’industrie souligne l’absence de causalité

La British Soft Drinks Association (BSDA) a répondu à l’étude, soulignant que les autorités sanitaires affirment que les édulcorants hypocaloriques et aucun édulcorant calorique ne sont sûrs.

Gavin Partington, directeur général de la British Soft Drinks Association, a déclaré : « Cette étude ne fournit pas de preuve de cause, comme les auteurs l’admettent volontiers.

« Selon toutes les principales autorités sanitaires du monde, ainsi que Cancer Research UK et Diabetes UK, les édulcorants hypocaloriques et sans calories sont sûrs. »

La BSDA indique que les boissons gazeuses peuvent être consommées sans danger dans le cadre d’une alimentation équilibrée et souligne les efforts déployés par l’industrie pour lutter contre l’obésité.
Il cite des données de Kantar Worldpanel qui montrent que la consommation globale de sucre provenant des boissons gazeuses a diminué de 30,4% entre mai 2015 et mai 2019.