L’UE s’engage à prendre des mesures de rétorsion contre les droits de douane américains

L’Union européenne a averti jeudi qu’elle riposterait contre la décision américaine d’imposer des droits de douane sur une série d’exportations, du fromage au vin, qui pourraient entraîner des pertes d’emplois en Europe et des augmentations de prix pour les Américains.

Guerre commerciale

La décision de l’administration Trump d’imposer de nouvelles taxes à l’importation sur les biens de l’UE d’une valeur de 7,5 milliards de dollars a ouvert un nouveau chapitre dans les guerres commerciales mondiales qui font naître la crainte d’une récession mondiale.

Les derniers tarifs visent les gros avions mais aussi de nombreux produits typiquement européens tels que les olives, le whisky, le vin, le fromage et le yaourt. Elles entreront en vigueur le 18 octobre et s’élèveront à une taxe de 10% sur les avions de l’UE et à un taux élevé de 25% sur tout le reste.

vin douane UE US

Accord de l’OMC

Les États-Unis ont obtenu mercredi le feu vert légal de l’Organisation mondiale du commerce dans une affaire impliquant des subventions illégales de l’UE pour le constructeur d’avions Airbus.

Mais l’UE s’attend à ce qu’une affaire similaire impliquant des subventions américaines pour Boeing lui soit favorable et qu’une décision soit rendue dans les prochains mois. Les deux parties pourraient retarder l’adoption de nouveaux tarifs douaniers, ce qui équivaut économiquement à des taxes sur les importateurs nationaux. Parfois, les importateurs répercutent les coûts plus élevés sur les consommateurs, ce qui rend les marchandises plus chères.

« Si les États-Unis imposent des contre-mesures, ils pousseront l’UE dans une situation où nous devrons faire de même« , a déclaré le porte-parole de la Commission européenne, Daniel Rosario, faisant écho aux sombres perspectives exprimées par de nombreux gouvernements européens.

« Il s’agit d’une mesure qui touchera d’abord et avant tout les consommateurs et les entreprises des États-Unis et qui compliquera les efforts en vue d’un règlement négocié« , a-t-il dit.

Consciente que les tarifs n’entreront en vigueur que dans quelques semaines, Mme Rosario a souligné que l’UE est toujours prête à discuter.

Ces tarifs s’ajoutent à ceux que les États-Unis et l’UE ont échangés l’an dernier et multiplient les maux de tête pour les entreprises européennes qui s’inquiètent au sujet de Brexit, qui pourrait voir la Grande-Bretagne quitter l’UE le 31 octobre sans un accord – ce qui signifie de nouveaux tarifs en une nuit sur le flux important des échanges à travers la Manche.

De façon plus générale, les droits de douane ajoutent à l’incertitude pour l’économie mondiale, qui a été particulièrement durement touchée par la guerre commerciale plus importante et plus féroce des États-Unis avec la Chine.

Des perspectives peu sûres

Tout cela se traduit par de sombres perspectives pour les exportateurs et les fabricants, qui réduisent leurs investissements.

Le président de la Fédération espagnole des industries alimentaires et des boissons, Mauricio García de Quevedo, a déclaré que les nouveaux tarifs douaniers américains allaient rendre plus difficile la compétitivité internationale des entreprises qu’il représente. Et cela contribuera à des pertes d’emplois, a-t-il dit, sans donner de détails.

Selon la fédération, les États-Unis sont le deuxième client du secteur espagnol de l’alimentation et des boissons après l’UE. Le secteur a exporté 1,7 milliard d’euros (1,9 milliard de dollars) l’an dernier.

Miguel Blanco, secrétaire général du COAG, le groupe de coordination du secteur agricole espagnol, qui représente plus de 15 000 agriculteurs et éleveurs espagnols, a déclaré que les tarifs douaniers sont « totalement injustes et exagérés« .

« Une fois de plus, le secteur agricole va payer pour une guerre commerciale de l’UE, qui n’a rien à voir avec la campagne espagnole« , a déclaré M. Blanco, selon Europa Press.

En Allemagne, qui est la plus grande économie d’Europe et qui est fortement axée sur les exportations, la fédération de l’industrie a déclaré que les États-Unis utilisaient la ruine de l’OMC pour intensifier les différends commerciaux.

Le président Donald Trump a menacé par le passé d’imposer des droits de douane sur les voitures européennes, un secteur énorme en Allemagne, et certains craignent que l’escalade de cette semaine ne mène à cela.

Joachin Lang, président de la Fédération des industries allemandes, a déclaré : « Il y a un risque que de nombreuses industries des deux côtés de l’Atlantique se retrouvent dans une situation perdante« .