La couche de glace dans l’Arctique tombe à un niveau alarmant à mesure que les températures s’élèvent

Le changement touche plus de 70 communautés autochtones autour de la mer de Béring…

La fonte des glaces s’accélère

La couverture de glace de mer de l’Arctique est tombée à son deuxième niveau le plus bas jamais enregistré cet été, poursuivant une tendance « dramatique » à la baisse qui perturbe les écosystèmes marins et rend la vie des peuples autochtones de la région encore plus précaire.

Le bulletin annuel de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) sur l’état de l’Arctique a révélé que la température annuelle moyenne de l’air était de 1,9 °C supérieure à la moyenne à long terme, mesurée de 1981 à 2010, la deuxième plus élevée depuis le début des observations en 1900.

L’étendue de la banquise arctique a chuté de façon spectaculaire au cours des dernières années

Étendue des glaces, millions de km2
Glace en Arctique

Les conditions plus chaudes ont fait en sorte que la glace a gelé plus tard en hiver et a fondu plus tôt en été, réduisant l’étendue de la glace de mer arctique à la fin de l’été au deuxième niveau le plus bas depuis que les satellites ont commencé à surveiller la couverture de glace il y a 41 ans.

Le 18 septembre 2019, alors que la glace de mer était à son minimum, elle couvrait 4,15 millions de km2, soit une baisse de 33 % et plus de 2 millions de km2 de moins que le minimum moyen à long terme de la saison.

La banquise fond

« Il est de plus en plus alarmant de constater cette situation chaque année« , a déclaré Donald Perovich, coauteur du rapport et professeur de génie au Dartmouth College, au New Hampshire. « J’aborde chaque bulletin avec un sentiment d’inquiétude : est-ce que ce sera l’année d’une nouvelle baisse importante ? »

« Lorsqu’on examine l’étendue des glaces à la fin de l’été, on constate que les 13 plus petites années ont toutes été au cours des 13 dernières années. Il y a eu une forte baisse en 2007 et nous n’avons jamais retrouvé les niveaux antérieurs« , a-t-il ajouté.

La plus grande quantité de glace de mer de l’Arctique a été observée le 13 mars 2019, la couverture de fin d’hiver s’étendant sur 14,78 msq km, en baisse de 5,9 % par rapport au maximum moyen à long terme, et la septième plus faible du record satellite.

Diminution de la glace ancienne

La glace la plus ancienne, qui a plus de quatre ans, dominait autrefois l’Arctique, mais ne constitue plus qu’une fraction de la banquise. En mars 1985, la vieille glace représentait 33 % de la glace de mer de l’Arctique, mais seulement 1,2 % en mars de cette année.

« Dans l’ensemble, la couverture de glace de mer de l’Arctique s’est transformée d’une masse de glace plus vieille, plus épaisse et plus forte dans les années 1980 à une masse de glace plus jeune, plus mince et plus fragile au cours des dernières années« , indique le rapport, qui a été dévoilé mardi à l’American Geophysical Union Conference à San Francisco.

Au Groenland, une vague de chaleur estivale a fait fondre la glace au même rythme que les pires années de l’histoire, les données satellitaires de 2002 à 2019 montrant que l’inlandsis a perdu en moyenne environ 267 milliards de tonnes de glace par an.

L’Arctique est particulièrement vulnérable à la crise climatique, les températures annuelles de l’air augmentant deux fois plus vite que la moyenne mondiale. Cela s’explique en partie par le fait que la glace de mer réfléchit les rayons du soleil vers l’espace et qu’à mesure qu’elle fond, un cycle de rétroaction s’enclenche dans lequel le retrait de la glace expose davantage d’eau de mer qui absorbe plus de chaleur et favorise la fonte.

iceberg Arctique

Le réchauffement des températures perturbe déjà la vie de plus de 70 communautés autochtones qui vivent autour de la mer de Béring, où la glace de mer a failli atteindre un niveau record cette année. La chasse sur la glace devient de plus en plus dangereuse et l’accès aux aliments de subsistance diminue, selon les auteurs du rapport. À mesure que la région se réchauffe, les espèces de poissons de l’Arctique se retirent dans les eaux plus septentrionales.

« Ces changements créent un monde que nous n’allons pas aimer, avec plus de tempêtes et des niveaux de mer plus élevés. Le moment est venu de commencer à faire tout ce que nous pouvons pour réduire la quantité de dioxyde de carbone dans l’atmosphère et d’émettre moins de dioxyde de carbone, parce que c’est ce qui motive tout cela« , a déclaré Erich Osterberg, professeur agrégé en sciences de la Terre au Collège Dartmouth, qui n’a pas participé au rapport.

« Ces changements sont énormes et effrayants, même pour nous, les scientifiques qui faisons cela pour gagner notre vie« , a-t-il ajouté. « C’est dramatique. Ce n’est qu’au cours des 10 ou 20 dernières années que ces changements ont explosé. »

Jack Landy, qui étudie la glace de mer arctique à l’Université de Bristol, a dit : « Nous traversons une nouvelle frontière dans l’Arctique, où de vastes régions comme la mer des Tchouktches – autrefois recouverte de glace de mer toute l’année – peuvent maintenant être libres de glace jusqu’en hiver« .

« Les scientifiques s’entendent pour dire que l’avenir de la couverture de glace de mer de l’Arctique sera beaucoup plus rose si nous maintenons les températures de la planète à 1,5 °C, plutôt qu’à 2 °C, au-dessus des niveaux préindustriels « , ajoute-t-il.