L’essor du braconnage de l’hippocampe sur les habitats côtiers italiens

Les espèces océaniques menacées par le commerce au noir qui dévaste la vie marine dans la région des Pouilles sont en progression depuis quelques années.

En voie de disparition à cause de son prix

Chaque nuit, des dizaines de bateaux en bois chargés de matériel de pêche passent sous le pont de Punta Penna et dans les eaux protégées de la Mar Piccolo, une lagune d’eau salée unique dans la ville portuaire de Tarente, au sud de l’Italie.

Des chaluts, des pièges à cages et même des bombes artisanales sont déployés dans les eaux au clair de lune par ceux qui sont à la recherche de proies lucratives. « C’est comme si mon père cueillait des citrons et fabriquait des limoncello chez lui« , explique Luciano Manna, un militant local qui surveille l’activité illégale depuis cinq ans. « C’est trop facile. »

La lagune est si riche en biodiversité – avec des hippocampes à long nez, des moules de grande valeur, des algues rares, des poissons-tubes et des tortues caouannes parmi ses espèces indigènes – que les biologistes marins l’appellent un « écomusée vivant« .

hippocampe

Mais un commerce illégal organisé d’espèces sauvages ayant des liens avec la Chine dévaste tranquillement la Mar Piccolo et de nombreux autres habitats côtiers dans la région des Pouilles, les experts avertissant que les espèces marines en danger sont poussées au bord de l’extinction.

Michele Gristina, qui travaille pour l’Institut du milieu marin côtier italien, étudie les hippocampes à Tarente depuis près de 20 ans. Autrefois l’une des plus grandes concentrations d’Europe, la population d’hippocampes s’est effondrée entre 2016 et 2017. La seule explication, dit-il, est le braconnage.

« Nous avons essayé de l’expliquer[le déclin] par des raisons environnementales telles que la propagation de la pollution, la température de l’eau ou l’épuisement de l’oxygène, mais ce n’était pas la raison« , dit Gristina. « Les gens ont vu qu’il y a beaucoup d’hippocampes et que l’argent peut être gagné, et ils ont commencé à les chasser. A mon avis, les hippocampes le long des côtes italiennes sont gravement menacés. »

Destruction de l’habitat marin

En novembre, cinq personnes dites « spécialisées dans l’utilisation d’engins explosifs » ont été arrêtées par les garde-côtes de Tarente lors d’une opération qui a permis de découvrir plusieurs kilogrammes de matières explosives et de TNT sur le quai d’amarrage de la ville.

Vente d’hippocampes séchés

Le mois précédent, les garde-côtes avaient saisi 228 seaux en plastique de concombres de mer – pesant quatre tonnes – dissimulés dans une cargaison prête à être expédiée en Grèce depuis Brindisi, l’un des plus grands ports de la région. « Cela faisait partie d’une activité plus importante« , explique Giorgio Castronuovo, commandant des garde-côtes de Tarente, qui mène une enquête criminelle sur le trafic d’espèces sauvages.

Ce ne sont là que deux découvertes parmi d’autres, malgré l’interdiction du commerce des concombres de mer introduite en février 2018 par le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Forêts qui reconnaît le rôle « inestimable » de l’espèce dans la dégradation des bactéries du système bio-marin.

« Ce que nous pouvons dire, c’est que le marché italien n’a pas de demande pour ces espèces et qu’il doit donc être international« , dit Castronuovo. « Jusqu’à il y a quelques années, il n’y avait aucun intérêt. Quand la demande est venue de l’étranger, la pêche a commencé. »

Manna, par l’intermédiaire du site d’enquête italien Veraleaks, a découvert des preuves qu’en plus des transactions de trafic formalisées, les espèces sont vendues sur le site de médias sociaux chinois WeChat, où les produits sont annoncés comme provenant d’Italie, la Méditerranée. Ils sont également vendus par des vendeurs tiers, qui prétendent offrir la « capture sauvage » par l’intermédiaire du détaillant en ligne Amazon.

achat d'hippocampe séché

Tencent, le propriétaire de WeChat, a déclaré dans un communiqué : « Nous sommes vigilants contre l’utilisation non autorisée de nos plates-formes et services par des personnes sans scrupules pour mener des activités illégales. Nous encourageons les utilisateurs à signaler les activités illégales et inappropriées. »

Un porte-parole d’Amazon a dit : « Tous les vendeurs doivent suivre nos directives de vente et ceux qui ne les respectent pas feront l’objet de poursuites, y compris la suppression éventuelle de leur compte. Le produit en question n’est plus disponible. »