Verizon retire les publicités de Facebook en raison de l’inaction face aux discours de haine

La société est la plus grande à s’être jointe à un mouvement en pleine expansion, qui comprendBen & Jerry’s etPatagonia, pour boycotter le réseau social.

Plus de publicité sur d’Instagram et de Facebook

Verizon retire sa publicité d’Instagram et de Facebook, le plus grand nom à ce jour dans un mouvement croissant de boycott du réseau social pour ne pas avoir fait assez pour arrêter les discours de haine sur ses plateformes.

L’entreprise a déclaré jeudi qu’elle se joindrait à d’autres entreprises, dont Ben & Jerry’s, Patagonia et REI, pour suspendre la publicité des plateformes appartenant à Facebook jusqu’à ce que l’entreprise « puisse créer une solution acceptable qui nous mette à l’aise ».

Le communiqué de presse

« Nous avons mis en place des politiques strictes en matière de contenu et appliquons une tolérance zéro en cas de violation, nous prenons des mesures », a déclaré John Nitti, directeur des médias de Verizon, dans un communiqué. Nous mettons notre publicité en pause jusqu’à ce que Facebook puisse créer une solution acceptable qui nous mette à l’aise et qui soit cohérente avec ce que nous avons fait avec YouTube et d’autres partenaires ».

Facebook a reconnu la pression croissante sur un appel aux annonceurs mercredi, où un cadre de Facebook a admis qu’il y avait un « déficit de confiance » avec ses clients sur la plateforme.

La campagne Stop Hate for Profit » a été lancée mercredi par des groupes de pression, dont la Ligue anti-diffamation, la NAACP et Color Of Change. Elle demande aux annonceurs de faire pression sur le géant de la technologie pour qu’il adopte des politiques plus strictes contre les contenus racistes et haineux sur ses plateformes en arrêtant toutes les dépenses publicitaires de l’entreprise pour le mois de juillet.

Dans le cadre de la campagne, les groupes ont alerté Verizon qu’une de ses publicités sur Facebook était apparue à côté d’une vidéo du groupe conspirateur QAnon s’inspirant de la rhétorique haineuse et antisémite.

facebook

Des revenus publicitaires conséquents

Facebook réalise 70 milliards de dollars de recettes publicitaires annuelles tout en amplifiant les messages des tenants de la suprématie blanche » et en permettant l’incitation à la violence », selon la campagne.

Les groupes de défense soutiennent que Facebook n’a pas réussi à lutter contre la désinformation et les discours haineux en faisant de Breitbart News une source d’information fiable » malgré son passé de collaboration avec les nationalistes blancs et les néonazis, en autorisant prétendument la discrimination en matière de logement contre les communautés de couleur et en ne supprimant pas les messages de négationnisme.

La pression exercée sur Facebook pour modérer les discours de haine s’est accélérée ces dernières semaines, la plateforme ayant refusé de signaler les déclarations fausses et incendiaires de Donald Trump, malgré les tentatives de la plateforme rivale Twitter de le faire.

Une étude récente de l’Anti-Defamation League a révélé que la grande majorité (77 %) du harcèlement en ligne subi par les répondants a eu lieu sur Facebook.

« Il y a encore des progrès à faire mais nous continuons à faire des investissements importants dans la technologie et les processus pour nous aider à supprimer la haine, le harcèlement et l’intimidation de Facebook », a déclaré un porte-parole de l’entreprise en réponse à l’étude.

En réponse au boycott des annonceurs, Carolyn Everson, la vice-présidente du groupe mondial d’entreprises de Facebook, a déclaré Nous respectons profondément la décision de toute marque, et nous restons concentrés sur le travail important de suppression des discours de haine et de fourniture d’informations de vote essentielles ».