Les végétariens et les végétaliens ont un risque plus élevé d’AVC que les consommateurs de viande

Les végétariens, les végétaliens et les pescetariens ont un risque plus faible de maladie coronarienne, selon une étude récente publiée dans le British Medical Journal, mais les végétaliens et les végétariens, en particulier, sont également plus à risque d’AVC que les mangeurs de viande.

Une étude longue

Des chercheurs de l’Université d’Oxford ont mené l’étude après avoir suivi 48 188 personnes, dont l’âge moyen était de 45 ans, pendant 18 ans avant de proposer cette publication dans le BMJ (l’une des revues de médecine générale les plus lues dans le monde).

Les participants – qui étaient regroupés par mangeurs de viande (24 428), pescetariens (7 506) et végétariens, y compris végétaliens (16 254) – n’avaient aucun antécédent de coronaropathie ou d’AVC.

Après 18 ans d’étude, les chercheurs ont rapporté 2 820 cas de coronaropathie et 1 072 cas d’accident vasculaire cérébral au cours de la période étudiée – « dont 519 cas d’accident ischémique cérébral (un caillot de sang bloque la circulation du sang et de l’oxygène au cerveau) et 300 cas d’AVC hémorragique« .

Après avoir tenu compte des antécédents médicaux, de l’activité physique et du tabagisme, entre autres facteurs pouvant influencer les résultats, ils ont déterminé que les pescetariens présentaient un risque de coronaropathie de 13 % inférieur, tandis que les végétariens présentaient un risque inférieur de 22 %.

« La différence pourrait être due, du moins en partie, à une baisse de l’IMC et des taux d’hypertension artérielle, d’hypercholestérolémie et de diabète liés à ces régimes« , ont conclu les auteurs, d’après le communiqué.

Cela dit, les chercheurs ont également constaté que les végétariens et les végétaliens présentaient un risque d’AVC 20 % plus élevé que leurs homologues carnivores, ce qui équivaut à « trois cas d’AVC de plus pour 1 000 personnes sur 10 ans, principalement en raison d’un taux plus élevé d’AVC hémorragique« .

Le taux d’AVC n’était pas significativement plus élevé chez les pescetariens.

legumes

Bien qu’une raison exacte n’ait pas été établie, ceux qui suivent un régime végétarien et végétalien « avaient un taux de cholestérol circulant plus bas et des niveaux de plusieurs nutriments inférieurs à ceux des carnivores« , comme la vitamine B12, ils ont écrit sur une cause possible.

« Le risque relatif plus élevé d’AVC chez les végétariens est une nouvelle contribution à l’ensemble des données probantes sur les effets d’un régime végétarien sur la santé« , ont écrit Mark Lawrence et Sarah McNaughton, professeurs à l’Université Deakin en Australie, dans un éditorial sur les résultats. Ils n’ont pas participé à l’étude.

Une observation, ni plus, ni moins

Les chercheurs ont averti que l’étude était d’observation, en disant que « les résultats peuvent ne pas être largement applicables parce qu’ils étaient principalement basés sur les Européens blancs » selon le communiqué.

« Elle est basée sur les résultats d’une seule étude et l’augmentation est modeste par rapport aux carnivores« , ont ajouté Lawrence et McNaughton.

La pertinence pour les végétariens du monde entier doit également être prise en compte, les participants venaient tous du Royaume-Uni, où les habitudes alimentaires et les autres comportements liés au mode de vie sont probablement très différents de ceux qui prévalent dans les pays à revenu faible ou moyen où vivent la plupart des végétariens du monde.